ANIMAUX – Chaque 1er août, les feux d’artifice viennent illuminer le ciel suisse. Bien que certains spectateurs trouvent cette chorégraphie magique, leurs chiens ne sont pas du même avis. Selon une étude publiée dans le journal américain Applied Animal Behaviour Science en 2013, 45% des chiens ont peur des feux d’artifice.

Une peur qui s’explique par leur sensibilité au bruit (les chiens ont une ouïe très fine), mais aussi par le fait qu’ils ne savent pas identifier la nature du bruit qu’ils assimilent le plus souvent à un danger. Incapables de reconnaître le contexte autour de ce fracas, ils ne peuvent pas anticiper l’événement ou savoir qu’il ne va durer que quelques minutes.

Selon le comportementaliste animalier Corey Cohen, les chiens ont une réponse biologique automatique lorsqu’ils entendent des sons forts comme un feu d’artifice. “Quand ils y sont exposés, les chiens libèrent de l’adrénaline et du cortisol, mais il y a aussi un changement dans les amygdales, l’hippocampe et une partie du cortex frontal du cerveau”, écrit le formateur en intelligence émotionnelle sur son blog Path of Friendship.

Selon le syndicat des fabricants d’explosifs de pyrotechnie et d’artifices, 12.000 feux d’artifice sont tirés chaque année en France. Comment le propriétaire d’un berger allemand ou d’un carlin peut-il protéger son chien de tous ces bruits?

Ce qu’il faut privilégier

Face à l’orage ou aux feu d’artifices, il vaut mieux “laisser son chien trouver une stratégie d’adaptation, tant qu’il ne se fait pas mal”, développe Cory Cohen. Ces canidés sont des créatures intelligentes et déterminées. Certains se cachent dans un espace similaire à une tanière. D’autres préfèrent être distraits par un jouet ou une balle, se blottir contre leur maître, aboyer ou tout simplement fuir, comme l’explique Clémentine Turgot, comportementaliste cité par Toutoupourlechien.com.

Si regarder votre compagnon sans rien faire s’avère trop difficile pour vous, plusieurs options sont possibles. Pour Cory Cohen, la meilleure manière de le rassurer reste de le toucher. Cela va susciter l’ocytocine de son organisme qui est un parfait remède contre l’adrénaline produite. Mais, Clémentine Turgot le déconseille vivement. Selon elle, le caresser reviendrait à récompenser sa réaction face au danger, ce qui s’avère contre-productif dans le cas où vous voulez apaiser votre chien.

D’après Stéphane Tardif, docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz, il vaut mieux laisser son compagnon à la maison. S’il est dehors, il tentera probablement de s’enfuir. Le risque est qu’il se fasse écraser par une voiture ou qu’il se perde.

Ces deux derniers experts s’accordent à dire qu’il faut privilégier la désensibilisation. Cela consiste à habituer son chien aux bruits à travers de multiples exercices, à l’approche de la date fatidique. Vous pouvez trouver des sons de pétards ou d’alarmes sur le web et les associer à une récompense, telle qu’une friandise. “Faites ceci sur des séances courtes mais répétées régulièrement dans le temps”, écrit Clémentine Turgot. Stéphane Tardif conseille d’augmenter le volume progressivement.

Il est également possible de le sortir avant et après le feu d’artifice pour qu’il se défoule ou de s’adresser à un spécialiste qui pourra lui prescrire de légers calmants.

Ce qu’il faut éviter

Selon Cory Cohen, certains experts conseillent des méthodes qui empirent l’état d’anxiété d’un chien, comme ne pas le laisser se cacher ou ne pas le réconforter. “De nombreuses études montrent que laisser nos chiens endurer cette épreuve et ce stress peut créer des changements neurologiques qui mèneraient à une forme de stress post-traumatique”, raconte le comportementaliste sur son site.

Il faut éviter de sortir son compagnon pendant le feu d’artifice, en pensant qu’il s’habituera au bruit. Ce genre de comportement s’avère dangereux pour l’animal car il perdra le sentiment de sécurité qui l’habite. L’enfermer dans une cage est également une mauvaise idée, sauf s’il se sent habituellement bien dans ce petit espace.

Lorsque le chien viendra se blottir contre vous, Clémentine Turgot recommande de l’ignorer. Si cette technique peut paraître cruelle, elle lui apprendra à ne pas s’accoutumer au sentiment de peur qu’il ressent. Il vaut mieux laisser votre animal de compagnie trouver sa zone de confort tout seul, sans pour autant l’abandonner.

Il ne s’agira pas non plus de lui crier dessus. Répondre à l’agressivité par l’agressivité ne sert à rien.

Source de cet article : www.huffigntonpost.fr / par Marie Boetti / article adapté pour la Suisse par Toutous.ch

Faire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée